HISTOIRE DES SERVICES DE COMMUNICATIONS RADIO ET DU TRAFIC MARITIME AU CANADA

Région du Centre et de l'Arctique

Stations opérationnelles
Officiers de communications maritimes
Station Radio de la Garde côtière (SRGC)

En 1910, un réseau de stations de télégraphie sans fil fut rapidement mis en place le long du fleuve Saint-Laurent, du golfe Saint-Laurent et de la côte Atlantique. Un total de vingt-neuf stations furent mises en opération et formèrent une chaîne continue donnant ainsi aux navires une assistance maritime côtière inégalée. Au cours de cette période, on vit apparaître les stations de Québec, Grosse Île et de Port Meunier sur l'Île d'Anticosti. Un an plus tard, les stations de Québec et de Grosse Île qui furent originalement mises en service par le Département des Travaux Publics, furent transférées sous le Département du Service Naval. Les opérations de ces deux stations étaient cependant assurées par la Compagnie Canadian Marconi.

En 1914, on proposa un meilleur emplacement pour agrandir la station de Québec. Ce nouvel emplacement était située sur une colline juste à l'ouest de la Citadelle et que l'on surnommait 'Les Glacis'. Le Département de la Milice et de la Défense, lequel était responsable de ce terrain, accorda les permissions nécessaires à la construction de la nouvelle station. Les travaux furent cependant quelque peu retardés dû aux protestations des résidents de l'endroit.

Lorsque la nouvelle station fut inaugurée, elle était équipée d'un nouveau transmetteur d'une puissance de 2 kW, soit la norme industrielle de l'époque. La ville de Québec fournissait l'électricité nécessaire à son fonctionnement. Le coût total de ces nouvelles installations se chiffrait à $895.74.

Le 4 août 1914, VCC ainsi que toutes les autres stations radio télégraphiques du Canada furent mises au service de l'effort de guerre. La même chose se produisit lors de deuxième guerre mondiale.

Plusieurs décennies plus tard, devant l'utilisation croissante de la technologie des communications sans fil par les navires naviguant sur le Saint-Laurent, on réalisa vite que la couverture radio entre les villes de Québec et de Montréal était inadéquate. Une étude entreprise en 1954 démontra en effet qu'il existait plusieurs points morts dans cette partie du fleuve. Par conséquent, une nouvelle station fut construite à Trois-Rivières, sur le site d'une ancienne station de Marconi. Cette nouvelle station opéra sous l'indicatif de 'VBK'.

En 1954, lorsque les stations Marconi fut prises en charge par le Département des Transports et que les services de l'air et de la marine furent intégrés, VCC déménagea ses opérations à l'aéroport de l'Ancienne-Lorette. Puis, le 1 avril 1979, les services de la station radio de la Garde côtière furent transférés dans les locaux de la base de la Garde côtière sur le Boulevard Champlain. Finalement, en 1996, les Services du Trafic Maritime (STM) et ceux de la SRGC furent officiellement intégrés pour devenir ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de SCTM.


Centre Services du Trafic Maritime (STM)

L'inauguration de la Voie Maritime du Saint-Laurent en 1959 résulta, au fil des ans, en une augmentation graduelle du trafic maritime sur le fleuve Saint-Laurent. L'augmentation du trafic maritime, de la dimension, de la vitesse et de la quantité du cargo transporté apportèrent une augmentation sensible du nombre d'accidents et d'incidents, et, par conséquent, des possibilités de pertes de vies humaines et de désastres environnementaux.

C'est pourquoi, en 1967, le Département des Transports décida d'instaurer le tout premier système de gestion du trafic maritime au Canada. Ce nouveau système était responsable de gérer la Voie Maritime du Saint-Laurent à partir de Les Escoumins jusqu'à la limite est du port de Montréal. La couverture sur le Saint-Laurent augmenta graduellement pour s'étendre du Golfe jusqu'à la Voie Maritime du Saint-Laurent.

En 1968, le système de surveillance s'étendit de 20 miles vers l'est lorsqu'on rajouta le point de rapport de Pointe-au-Boisvert. Puis, en 1969, on ajouta la couverture de la rivière Saguenay et le secteur surveillé s'étendit également jusqu'au port de Sept-Îles. La limite de ce secteur fut éventuellement placée à la longitude 66 degrés ouest.

La limite amont du secteur couvert par le Centre des Services de Trafic Maritime de Québec fut déplacée plusieurs fois au cours des ans, cela au profit du Centre STM de Montréal. En 1970, la responsabilité du secteur entre Tracy et Yamachiche fut transférée au Centre de Montréal lequel se vit également donner, en 1975, la responsabilité de la surveillance du secteur 4 afin que les limites entre les secteurs STM s'harmonisent avec les limites du district de la GCC de Montréal.

Le Centre STM de Québec perdit également une bonne part de la partie est de sa zone de responsabilité. En effet, en 1974 il fut décidé d'instaurer une couverture radar pour la zone d'embarquement des pilotes de Les Escoumins. C'est ainsi qu'on instaura un nouveau Centre STM à Les Escoumins dans le but de donner une couverture radar adéquate dans ce secteur, diminuant ainsi les risques d'incident maritime pouvant avoir un impact très dommageable pour l'environnement de cette région. Le secteur s'étendant de Pointe-au-Boisvert à l'Île Blanche fut donc transféré au Centre STM de Les Escoumins en 1974, le secteur de la Rivière Saguenay fut transféré en 1975 et tout le secteur s'étendant de 66 degrés de longitude ouest jusqu'à Pointe-au-Boisvert fut transféré en 1976.

En 1996, les Services de Trafic Maritime de Québec (STM) et les services de la Station radio de la GCC furent officiellement amalgamés en ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de Services de Communications et de Trafic Maritimes (SCTM) et dont les locaux se trouvent sur la base de la Garde Côtière sur le boulevard Champlain.

En 2004, SCTM Québec a repris la responsabilité du secteur de Grondines à Yamachiche puis, en 2007, soit 37 ans plus tard, Québec a également repris la responsabilité du secteur de Yamachiche à Tracy. Le 31 mars 2014, le SCTM de Montréal cessa ses opérations et la responsabilité de son secteur fut transféré au SCTM Québec. La couverture s'étendant de l'Ile-Blanche au Port de Montréal, répartit en trois secteurs de trafic, ainsi que la portion radio Garde côtière couvrant de Rivière-du-Loup à Cornwall, incluant les rivières Richelieu et Outaouais.
Accueil
Unifor
Local 2182 des TCA
Québec / VCC


English | Accueil | Services | Histoire | Presse | Liens | Contact | Membres

Copyright © Chenel Communications